1 août 2009

Première mondiale de la nouvelle création de Chants Libres

L’eau qui danse, la pomme qui chante et l’oiseau qui dit la vérité

Communiqué — Pour diffusion immédiate

Chants Libres présente, en première mondiale, sa nouvelle création
L’eau qui danse, la pomme qui chante et l’oiseau qui dit la vérité
Opéra féerie de Gilles Tremblay, composition
Pierre Morency, livret
Robert Bellefeuille, mise en scène
Jean Bard, scénographie — Lina Cruz, chorégraphie — Nicolas Descoteaux, éclairages — Geodezik, visuel — Marianne Thériault, costumes — Angelo Barsetti, maquillages — Nouvel Ensemble Moderne, sous la direction de Lorraine Vaillancourt — 12 chanteurs
Salle Ludger-Duvernay du Monument-National
Jeudi 19, vendredi 20 et samedi 21 novembre 2009, 20 h
1182, Saint-Laurent, Montréal (Québec, Canada)
Info: www.chantslibres.org
Durée: 2 h 20, avec un entracte
40$ [régulier] — 20$ [étudiants, aînés]
Billetterie: Monument-National: 514-871-2224 / 1-866-844-2172

Montréal, le samedi 1 août 2009 — Chants Libres, compagnie lyrique de création, sous la direction artistique de la conceptrice Pauline Vaillancourt, présente en grande première, sa treizième création, L’eau qui danse, la pomme qui chante et l’oiseau qui dit la vérité, les 19, 20 et 21 novembre 2009 à la salle Ludger-Duvernay du Monument-National, à Montréal. Un opéra féerie pour petits et grands, à regarder, à goûter, à écouter, à respirer, à vivre… qui se situe aux confins du conte et de la fable.

Cette œuvre poétique est le fruit de l’imaginaire de deux grands artistes majeurs du Québec contemporain et grands observateurs de la nature: le compositeur Gilles Tremblay, pilier des cultures musicales québécoise et canadienne, qui a sonorisé le pavillon du Québec à l’expo 67 et Pierre Morency, poète, homme de théâtre, de radio et de télévision, auteur du magnifique ouvrage L’œil américain, qui signe ici son premier livret d’opéra, d’après un conte de l’écrivaine et aventurière française Madame D’Aulnoy. Ils ont tous deux reçu pour l’ensemble de leur œuvre plusieurs hautes distinctions. La mise en scène a été confiée à l’homme de théâtre Robert Bellefeuille, à qui l’on doit des mises en scène de créations remarquées (Le conte de Monte-Cristo, Jouliks, La Dame aux camélias). La scénographie est de Jean Bard, la chorégraphie de Lina Cruz, les éclairages de Nicolas Descoteaux, le visuel de Geodezik, les costumes de Marianne Thériault et les maquillages d’Angelo Barsetti.

Dans la fosse, Lorraine Vaillancourt assure la direction musicale des 12 interprètes et des 25 musiciens du Nouvel Ensemble Moderne (augmenté pour l’occasion), dont c’est la 4e collaboration avec Chants Libres, après Il suffit d’un peu d’air de Claude Baliff, La Princesse blanche de Bruce Mather et Le Vampire et la Nymphomane de Serge Provost.

Sur scène, des personnages plus colorés les uns que les autres prennent vie par une jeune distribution entièrement canadienne: YBY, Jean Maheux (comédien-baryton); Belle-Étoile, Marianne Lambert (soprano); Poulane, Marie-Annick Béliveau (alto); Feintise, Michèle Motard (mezzo-soprano); L’Oiseau, Scott Belluz (contre-ténor); Le Roi, Taras Kulish (basse); Chérot, Sylvain Paré (ténor); La pomme qui chante et La Sirène, Claudine Ledoux (mezzo-soprano); Tourterelle, Stéphanie Pothier (mezzo-soprano); Blondine, Anne Saint-Denis (soprano); Petit-Soleil, Julien Patenaude (baryton); Beaujour, Philippe Martel (baryton).

L’histoire

Yby, le narrateur, mi-oiseau, mi-abeille, toujours en dialogue avec le Tambour-Parleur, nous invite dans un monde féerique et nous relate cette histoire où la vérité triompha de la fourberie, où l’amour eut à traverser trois grandes épreuves en découvrant l’eau qui danse, la pomme qui chante, et l’oiseau qui dit la vérité, pour que deux êtres se reconnaissent eux-mêmes l’un à l’autre.

Dans la Ville Merveilleuse, entourés d’êtres menus de la nature, abeilles, mouches, guêpes, cigales, grillons, moucherons et bestiolinettes, la reine Blondine mit au monde deux fils et une fille qui portent au front l’étoile d’or et au cou une chaînette dorée, et la princesse Brunette accouche d’un garçon rayonnant de beauté. La Reine Mère Poulane prit ombrage de l’arrivée de ces magnifiques enfants qu’elle livre secrètement aux flots, avec l’aide de sa Dame d’honneur Feintise. Recueillis par Corsaire et Corsine, qui leur donnent le nom de Belle-Étoile, Beaujour, Petit-Soleil et Chérot, ceux-ci grandissent, aimés et protégés de l’ire de leur grand-mère.

Apprenant à 16 ans qu’ils pourraient être les enfants de grands seigneurs, ils décidèrent d’aller à la découverte de leur origine. Au terme de trois mois de navigation, accompagnés de Tourterelle et Sirène, ils abordèrent au port de la plus belle ville du monde et furent accueillis par le Roi. Poulane, furieuse, découvre la traîtrise de Feintise qui lui jure qu’elle trouvera le moyen de se débarrasser d’eux, et leur impose trois épreuves.

Au péril de sa vie, voyageant aux confins du monde, et grâce au précieux concours de Tourterelle, Chérot va trouver l’eau qui danse et la pomme qui chante, qui ont eu des effets instantanés et formidables sur la beauté et l’esprit de Belle-étoile. L’ultime test, la découverte de l’oiseau magnifique qui dit la vérité, dévoile à Belle-étoile et à Chérot qu’ils ne sont pas frère et sœur, permettant à l’amour qui les trouble de se vivre, aux mensonges de se dénouer et à la fête de se célébrer.

Cette production sera diffusée le 5 décembre 2009 à 13 h sur Espace musique, la radio musicale de Radio-Canada (100,7 FM à Montréal), dans le cadre de l’émission animée par Sylvia L’Écuyer tous les samedis.

Opéra féerie est une création de Chants Libres, présentée avec l’appui du Conseil des arts et des lettres du Québec, du Conseil des arts de Montréal, du Conseil des Arts du Canada et de Opéra.ca, et avec la collaboration du NEM.

L’eau qui danse, la pomme qui chante et l’oiseau qui dit la vérité

Opéra féerie [création] — Production, Chants Libres — Direction artistique, Pauline Vaillancourt
Gilles Tremblay, composition — Pierre Morency, livret
Robert Bellefeuille, mise en scène
Jean Bard, scénographie; Lina Cruz, chorégraphie; Nicolas Descoteaux, éclairages;
Geodezik visuel; Marianne Thériault, costumes; Angelo Barsetti, maquillages
Nouvel Ensemble Moderne+, sous la direction de Lorraine Vaillancourt
12 chanteurs
Salle Ludger-Duvernay du Monument-National
Jeudi 19, vendredi 20 et samedi 21 novembre 2009, 20 h
1182, Saint-Laurent, Montréal (Québec, Canada)
Durée: 2 h 20, avec un entracte
40$ [régulier] — 20$ [étudiants, aînés]
Billetterie: Monument-National: 514-871-2224 / 1-866-844-2172
Info: www.chantslibres.org

— 30 —

Médias: Marie Marais, relations de presse
T 514-845-2821 | marais@cooptel.qc.ca

Biographies des créateurs et concepteurs

Gilles Tremblay — Composition

Fleuves, Champs, Souffles, Musique du Feu, L’Arbre de Borobodur, Le sifflement des vents, Solstices, Aubes, Cèdres en voile, Chants convergents, les vêpres de la Vierge … sont autant de titres d’œuvres au cœur même de la musique de Gilles Tremblay, une musique de la nature, une musique de poésie et de rythme. (En grec, couler se dit rhein, racine du mot rythmos, rythme, l’eau qui coule étant pour Tremblay l’essence même du rythme). Il a été un des premiers compositeurs de musique contemporaine au Québec, un des premiers à présenter des concerts, à enseigner la musique d’aujourd’hui, au Conservatoire de Montréal. La recherche est une des préoccupations primordiales et caractéristiques de l’œuvre de Tremblay. On peut découvrir son nom dans Le Petit Larousse.

Gilles Tremblay a travaillé à la composition avec Claude Champagne. Pendant son séjour en Europe, il rencontre plusieurs compositeurs: Stockhausen à Darmstadt, et en 1959 Amy, Boucourechliev, Ferrari, Mâche, Malec et Xénakis, grâce à un stage effectué à l’ORTF sous la direction de P. Schaeffer. Il obtient le prix Calixa-Lavallée en 1967 en sonorisant le pavillon du Québec à l’Expo 67. En 1992, il recevait le prix «Denise Pelletier», la plus haute distinction offerte par le Gouvernement du Québec dans le domaine des arts d’interprétation. Gilles Tremblay est chevalier de l’Ordre des arts et des lettres de la République Française. En 2007 l’académie des sciences et des Beaux-arts de l’Institut de France lui attribue le Prix de la composition musicale de la Fondation Cino Del Duca 2007 pour l’ensemble de son œuvre.

Pierre Morency — Livret

Officier de l’Ordre du Canada, chevalier de l’Ordre des arts et des lettres de la République Française, Pierre Morency est un homme de théâtre, de radio et de télévision, poète de renom international, et un passionné d’ornithologie. Dès 1967, il vit de sa plume et fait paraître son premier recueil, Poèmes de la froide merveille de vivre, suivi de plusieurs autres. Il a été auteur radiophonique à Radio-Canada et a animé les séries Les Grands aliments, Bestiaire de l’été, L’Oeil américain, La Vie entière, À l’heure du loup. La parution en 2002 de son livre À l’heure du loup amorce une nouvelle veine où le récit se mêle à la méditation philosophique et à la poésie. Pierre Morency s’est aussi illustré au théâtre avec son adaptation de Charbonneau et le Chef, sa pièce Les Passeuses et ses pièces pour les enfants. À partir de 1989, il publie L’Oeil américain, histoires naturelles du Nouveau Monde, puis Lumière des oiseaux (1992) et La Vie entière (1996), une série d’ouvrages sur ses expériences de naturaliste et d’observateur, qui traitent sur un mode littéraire des plantes, des oiseaux et des paysages du Québec. Son œuvre a reçu plusieurs distinctions, dont le Prix Duvernay en 1991 et le Prix Athanase-David en 2000. Il a participé à la fondation de revues (Inédits et Estuaire), à la création de l’Union des écrivains québécois, et été vice-président de la Rencontre québécoise internationale des écrivains.

Robert Bellefeuille — Mise en scène

Acteur, auteur et metteur en scène, Robert Bellefeuille est un homme de théâtre polyvalent. Membre fondateur du Théâtre de la Vieille 17, il en a été le directeur artistique et général de 1979 à 2006, pour lequel il a signé 15 mises en scènes. À titre de comédien, il a participé à plus de 40 productions. Robert Bellefeuille a reçu le Prix Théâtre Le Droit, le Prix d’excellence artistique Théâtre Action, et tout récemment le Prix Marcus, pour sa contribution majeure au développement du milieu théâtral franco-canadien. Depuis 2006, il est coordonnateur du programme de mise en scène à l’École nationale de théâtre du Canada. Sur la scène montréalaise, on lui a récemment confié les mises en scène d’Edmond Dantès et du Comte de Monte-Cristo d’Alexandre Dumas père au Théâtre Denise-Pelletier, de Jouliks de Marie-Christine Lê-Huu au Théâtre d’Aujourd’hui et en tournée québécoise, de La Dame aux camélias au Théâtre du Nouveau Monde et de Vincent River de Philip Ridley au Théâtre de Quat’Sous.

Jean Bard — Scénographie

Jean Bard est concepteur de décor depuis 1989 et a créé une centaine de scénographies pour des pièces de répertoire comme de création. Mentionnons parmi celles-ci Les femmes savantes de Molière au Théâtre Denise-Pelletier, mis en scène par Martin Faucher ainsi que La Charge de l’orignal épormyable de Claude Gauvreau et Wozzeck d’Alban Berg, mis en scène par Lorraine Pintal, L’hôtel du libre-échange de Georges Feydeau, mis en scène par Normand Chouinard et L’échange de Paul Claudel, mis en scène par Martin Faucher, Don Quichotte de Cervantès, adaptation Wajdi Mouawad et Dominic Champagne, toutes cinq présentées au TNM. Parmi les créations théâtrales citons Le collier d’Hélène de Carole Fréchette, mis en scène par Martin Faucher, et Des fraises en janvier d’Evelyne de la Chenelière, dans une mise en scène de Philippe Soldevila, toutes deux présentées au Théâtre d’Aujourd’hui, ainsi que Le ventriloque de Larry Tremblay, mis en scène par Claude Poissant, une production du Théâtre PàP présentée à Espace GO. Il a réalisé de nombreuses scénographies avec Robert Gravel.

Lina Cruz — Chorégraphe

La chorégraphe montréalaise Lina Cruz œuvre dans la danse depuis 1975 et a participé à de nombreux événements au Canada, en Europe, aux États-Unis et en Amérique latine. Après plusieurs années d’activité en tant que chorégraphe indépendante, elle fonde en 2003 sa compagnie Fila 13. Elle y crée Coquille d’œil, une œuvre mariant la danse et la musique contemporaines, qui a été en tournées jusqu’en 2007 et dont une version a été diffusée dans le cadre de la Série Dance with me du Canal Bravo. Sa nouvelle création K-5, a été présentée à Montréal en février 2008 à l’Agora de la danse, puis à Madrid dans le cadre du festival Madrid en Danza. K-5 a également été filmé par la cinéaste montréalaise Mireille Dansereau. C’est sa troisième collaboration avec Chants Libres.

Nicolas Descoteaux — Éclairages

Depuis l’obtention de son diplôme de l’Option Théâtre du CEGEP de Ste Thérèse en 1992, Nicolas Descoteaux a déjà signé plus d’une soixantaine de créations d’éclairage. Mettant son expertise technique au profit de ses concepts, il collabore avec des créateurs de renommées internationales. Les Robert Lepage, Marie Chouinard, Kristian Fredric, Denis Marleau, Daniele Finzi Pasqua ou plus récemment ses collaborations aux créations du Cirque Eloize et du Cirque du Soleil font de lui un directeur lumière important dans le milieu théâtral et événementiel de Montréal. En nomination pour ses créations d’éclairage par l’Académie du Théâtre en 1995 et 1998 et boursier du CALQ en 1999 et 2001, il continue à parfaire son art tant à Montréal que sur les scènes internationales.

Geodezik — Visuel

Geodezik [Olivier Goulet et Étienne Cantin], est une compagnie de design multimédia spécialisée dans la production vidéo et la conception de systèmes de diffusion pour la scène, les événements publics et les installations permanentes. Geodezik crée des contenus originaux et développe des technologies de l’image (de la conception des projets jusqu’à leur représentation finale) avec la collaboration d’une communauté d’artistes visuels et de professionnels de la scène et des nouveaux médias. Projets récents: Tina Turner, Pink, Zaia, Cher, Juno Awards 2008, ECMA 2008, Prix du Gouverneur Général 2008, Tournée Linkin Park 2008, Butterflies.

Marianne Thériault — Costumes

Marianne Thériault est une jeune diplômée (2008) du profil de scénographie de l’École Nationale de théâtre du Canada, sous la direction de Danièle Lévesque. Elle est également bachelière de l’UQAM en critique et dramaturgie (2005). Durant ses années d’études, elle a entre autres oeuvré avec Robert Bellefeuille et Jim Mezon. À la suite de ses formations, elle a travaillé auprès de la conceptrice de costumes Marie-Chantale Vaillancourt et a conçu les costumes de l’opéra Cosi fan tutte de Mozart pour le metteur en scène François Racine à l’Atelier lyrique de l’Opéra de Montréal, en mars 2009. En mai 2009, elle signe également la conception des costumes pour Le Grand Voyage de Petit Rocher, production du Théâtre de la Vieille 17, mis en scène par Robert Bellefeuille.En octobre dernier, elle conçoit les costumes d’Artères Parallèles, d’Annick Lefebvre, mis en scène par Maude Gareau.

Angelo Barsetti — Maquillages

Issu des arts plastiques, Angelo Barsetti se fait connaître dans les milieux de la danse et du théâtre comme maquilleur. Il a travaillé auprès de metteurs en scène inspirants et inspirés tels que André Brassard, René-Richard Cyr, Claude Poissant, Eric Jean, Brigitte Haentjens, Denis Marleau et Wajdi Mouawad. Les chorégraphes Sylvain Emard, Danièle Desnoyers et Louise Bédard sont aussi de fidèles complices depuis près de 20 ans. Ses maquillages ont su révéler l’essence et l’intensité d’un nombre impressionnant de personnages de la dramaturgie et de la danse québécoises. Il a aussi enseigné l’art du maquillage de scène aux étudiants en interprétation de l’Ecole Nationale de théâtre. Il se consacre de plus en plus à la photographie.

Chants Libres — Compagnie lyrique de création [création, commande de l’œuvre]

Fondé en 1990 par la soprano Pauline Vaillancourt, en association avec Joseph St-Gelais et Renald Tremblay, Chants Libres offre un répertoire opératique adapté aux couleurs de la modernité, explorant constamment de nouvelles techniques et approches de l’art vocal, et travaillant en étroite collaboration avec des créateurs et des chercheurs de toutes les disciplines. La compagnie a créé douze opéras qu’elle a mis à son répertoire: Alternate Visions (2007, virtuel’opera), musique de John Oliver, d’après le livret de Genni Gunn; L’archange (2005, oper’installation) de Louis Dufort et Alexis Nouss; Pacamambo l’opéra (2002) de Zack Settel et Wajdi Mouawad; Manuscrit trouvé à Saragosse (2001) de José Evangelista et Alexis Nouss; L’Enfant des glaces (2000, électr’opéra) de Zack Settel et Pauline Vaillancourt; Lulu, le chant souterrain (2000, techn’opéra) d’Alain Thibault et Yan Muckle; Yo soy la desintegracion (1997) de Jean Piché et Yan Muckle [Prix Opus 1999, Événement discographique de l’année]; Le Vampire et la nymphomane (1996) de Serge Provost et Claude Gauvreau [Prix Opus 1996, Création de l’année]; Chants du Capricorne (1995) de Giacinto Scelsi et Pauline Vaillancourt [Prix de musique contemporaine Québec-Flandres, Belgique 1996]; La Princesse blanche (1994) de Bruce Mather et Renald Tremblay; Il suffit d’un peu d’air (1992) de Claude Ballif et Renald Tremblay; Ne blâmez jamais les bédouins (1991) d’Alain Thibault et René-Daniel Dubois. Chants Libres a à son actif cinq CD, trois DVD, et offre des ateliers de formation pour chanteurs. L’eau qui danse, la pomme qui chante et l’oiseau qui dit la vérité, est la 13e création de la compagnie.

Pauline Vaillancourt — Directrice artistique et générale de Chants Libres

La soprano Pauline Vaillancourt est une interprète lyrique et contemporaine reconnue internationalement et est membre fondateur de Chants Libres. Elle conçoit, met en scène et interprète plusieurs productions de nouvelles formes d’opéra à travers le monde. Elle a été l’artiste en résidence du Musée d’Art contemporain de Montréal, du studio du Québec à Paris et à New York. Au cours de sa carrière, elle s’est vue décerner le Prix d’excellence Victor-Martyn-Lynch-Staunton du Conseil des Arts du Canada et le Prix d’interprète de musique contemporaine Flandres-Québec. Elle est membre-chercheur d’Hexagram de Montréal, depuis 2006.

Biographie des interprètes

Nouvel Ensemble Moderne — Orchestre [augmenté de 15 à 25 musiciens]

Fondé en 1989 par la pianiste et chef d’orchestre Lorraine Vaillancourt, le Nouvel Ensemble Moderne (NEM) est un orchestre de chambre de 15 musiciens qui propose une interprétation convaincante des musiques d’aujourd’hui, en leur accordant le temps et l’attention qu’elles méritent. Son répertoire, nourri aux classiques du XXe siècle, reflète la variété des esthétiques actuelles, s’ouvre à la musique de tous les continents et consacre une place importante à la création. Ses concerts, ses répétitions ouvertes au public, son Forum international des jeunes Compositeurs (depuis 1991) et ses rencontres avec les créateurs sont des moments privilégiés d’échange et de réflexion. Ensemble en résidence à la Faculté de musique de l’Université de Montréal, il a joué au Canada, aux États-Unis, au Mexique, en Europe, au Japon, en Australie et à Singapour. Le NEM compte à son actif 22 disques compacts.

Lorraine Vaillancourt — Chef et directrice artistique du NEM

Chef d’orchestre et pianiste, Lorraine Vaillancourt est fondatrice et directrice artistique du Nouvel Ensemble Moderne (NEM), premier orchestre permanent voué au répertoire contemporain au Canada, qui fête en 2009 son 20e anniversaire. Membre de la société Royale du Canada, présidente du Conseil d’administration du Conseil québécois de la musique de 1998 à 2001, coprésidente des Prix Art-Affaires 2002, Lorraine Vaillancourt a également siégé au Conseil des arts et des lettres du Québec entre 2001 et 2006.

Jean Maheux, comédien, baryton — YBY

Artiste polyvalent, Jean Maheux est reconnu autant comme chanteur, acteur et danseur. Il a été remarqué pour son interprétation magistrale de Don Quichotte dans L’Homme de la Mancha (Mise en nomination pour la meilleure interprétation masculine pour ce rôle, par l’Académie québécoise du théâtre) Il a joué Antoine dans Antoine et Cléopâtre sous la direction de Lewis Furey au Théâtre du Nouveau Monde, a été de la distribution de Toute Femme de Peter Karpati à l’Espace Go, de L’iliade d’après Homère au Théâtre du Nouveau Monde, Du vent entre les dents de Emmanuelle Jimenez au Théâtre d’Aujourd’hui, Billy L’Éclopé de Martin McDonagh à la Compagnie Jean Duceppe et Imago de Marie-Christine Lê-Huu; pour n’en nommer que quelques unes. Il a été de l’aventure de trois opéras créés et produits par Chants Libres: Le vampire et la nymphomane de Serge Provost et Claude Gauvreau, L’Enfant des glaces de Zack Settel et Pauline Vaillancourt et L’Archange de Louis Dufort et Alexis Nouss.

Marianne Lambert, soprano — Belle-Étoile

Finaliste de l’Atelier lyrique de l’Opéra de Montréal, Marianne Lambert est récipiendaire du Grand Prix du 20e Concours international de Marmande (France). Elle chante Marie-Anne (O mon bel inconnu) à l’Opéra de Renne et de Metz, Despina (Così fan tutte) dans la production de l’Atelier lyrique de Montréal, donne deux récitals solos à Perpignan, France, ainsi que la Fée (Cendrillon) à l’Opéra de Montréal et Cécile (Lucas et Cécile) avec l’agence Mule.

Très intéressée pas la musique contemporaine, elle a suivi une formation en ce sens sous la direction de Pauline Vaillancourt, a été soliste au Festival Luigi Nono, et enregistré Hozhro de Michel Gonneville avec le quatuor Bozzini.

Marie-Annick Béliveau, alto — Poulane

Marie-Annick Béliveau, a créé plus d’une vingtaine d’œuvres, ses prestations sont régulièrement entendues sur les ondes de Radio-Canada, CBC et Radio-France. Elle chante entre autres le Marteau sans Maître de Pierre Boulez pour Code d’Accès, le rôle-titre de Rimbaud, La parole libérée de Marco-Antonio Pérez-Ramirez à l’Opéra de Montpellier, le rôle de Jessica dans Frobisher de John Estacio au Centre d’Art de Banff, Golgot(h)a de Walter Boudreau pour la SMCQ, Das Lied von der Erde de Mahler avec l’ensemble Fusions d’Ottawa, Dido and Aeneas de Purcell avec l’ensemble Telemann et Il Tramonto de Respighi avec le Quatuor Alcan, Beauty and the Beast de R. M. Schafer avec le Quatuor Molinari, Celos de Marco-Antonio Pérez-Ramirez et Puff IV de Takashi Tokunaga à Royaumont pour Voix Nouvelles.

Michèle Motard, mezzo-soprano — Feintise

Michèle Motard est une artiste polyvalente qui chante dans la pièce Les Trois Sœurs de Tchekov mis en scène par Wajdi Mouawad, au Théâtre du Trident à Québec, au Théâtre du Nouveau Monde à Montréal ainsi que dans plusieurs villes de France. L’œuvre sera reprise à Moscou en 2010. Elle chante dans Le Pierrot Lunaire de Schoenberg, Microphone Songs de Michel Gonneville et Pesma de Ana Sokolovic avec l’Ensemble Contemporain de Montréal et avec Codes d’Accès. Elle crée un opéra-performance de Jimmie LeBlanc avec l’ensemble Les Enfants Terribles et des pièces de plusieurs jeunes compositeurs. Elle sera en 2010 la soliste féminine de L’Enfant des glaces de Zack Zettel et Pauline Vaillancourt à New York, une création de Chants Libres

Scott Belluz, contre-ténor — L’Oiseau

Le contre-ténor canadien Scott Belluz chante entre autres le rôle de Oberon dans A Midsummer Night’s Dream de Britten au Banff Centre, le Magnificat de Bach avec la Ottawa Choral Society et le rôle d’Andronicus dans Tamerlano de Haendel pour Opera in Concert avec l’Ensemble Aradia, Athamas dans Semele de Haendel avec le Pacific Opera Victoria, également le rôle titre de Omar Daniel dans The Shadow avec Tapestry New Opera à Toronto. Il a aussi chanté Medoro dans Orlando de Haendel à Marseille, Tarascon de Pergolesi au Festival D’Antibes, le Stabat Mater à Aix-en-Provence, et donné des récitals à St Rémy de Provence, Marseille, Avignon et Toulon.

Taras Kulish, basse — Le Roi

Né à Montréal d’origine Ukrainienne, Taras Kulish fait ses débuts européens (France et Belgique) dans le rôle titre de Don Giovanni mis en scène par Gérard Corbiau, et diffusé sur TV5. Parmi ses succès on compte Leporello dans Don Giovanni à Vancouver, Victoria, Aspen, Winnipeg et Ottawa, le rôle titre dans Les Noces de Figaro à Régina et Vancouver; Colline dans La Bohème à Vancouver, Calgary, Edmonton, Ottawa et Winnipeg, Le Roi dans Aida à Vancouver, Montréal, Calgary et Edmonton, Ferrando dans Il Trovatore à Calgary et Ottawa, ainsi que plusieurs autres rôles. Il chante avec l’Ochestre Symphonique de Montréal, le Minnesota Orchestra, l’Orchestre Métropolitain, Vancouver Bach Choir, l’Orchestre Symphonique de Vancouver et Edmonton ainsi que le Victoria Symphony.

Sylvain Paré, baryton — Chérot

Sous la direction de chefs tel Yannick Nézet-Séguin, Jean-Marie Zetouni, Julian Wachner, Boris Brott, Cristian Gort, Sylvain Paré tient plusieurs rôles comme Tamino dans La flûte enchantée, le Mari dans les Mamelles de Tirésias de Poulenc, Andrès dans Wozzeck de Berg, Mason dans The Maiden Tower de Chen. Il chante entre autres à L’Almafi festival de Naples, l’Opéra de McGill, le Banff Center de Vancouver, le Théâtre du Nouveau Monde (TNM) et pour l’événement Oper’actuel 08 de Chants Libres. Après des études en interprétation à l’Université McGill, c’est à New York qu’il fait la connaissance de Norma Newton son mentor.

Claudine Ledoux, mezzo-soprano — La pomme qui chante et La sirène

Claudine Ledoux est diplômée en interprétation de l’Université McGill où elle s’est mérité divers prix et bourses. On loue la richesse de son timbre, l’intensité de ses interprétations et son instinct musical qui lui permet de chanter les répertoires les plus variés. En novembre 2001, elle créait le rôle d’Emina dans l’opéra Manuscrit trouvé à Saragosse de José Evangelista, présenté par Chants Libres. On a pu l’entendre également dans le rôle de Glacha dans Katya Kabanova à l’Opéra de Montréal, ainsi que dans celui de la Confidente dans Elektra, avec l’Orchestre Symphonique de Montréal, sous la baguette de Charles Dutoit. Particulièrement active dans le domaine de la musique sacrée, elle se produit en concert avec de nombreux ensembles au Québec et en Ontario, notamment la Chapelle de Montréal aux côtés de Yannick Nézet-Séguin, pour qui elle est soliste depuis quatre saisons.

Stéphanie Pothier, mezzo-soprano — Tourterelle

En Europe, Stéphanie Pothier a incarné Donna Elvira (Don Giovanni), Suor Dolcina (Suor Angelica), la Cinquième servante (Elektra) et Salomé de Strauss. Au Québec, on l’a entendue comme soliste, entre autres, à la Chapelle de Montréal, avec le Chœur Polyphonique de Montréal, Opus Novum, le Chœur Classique de l’Estrie et l’Ensemble Amadeus, au Festival de musique sacrée de l’Outaouais, lors des Concerts d’été de la Cathédrale de Chicoutimi ainsi que dans le cadre du Festival Orgue et Couleurs.

Anne Saint-Denis, soprano — Blondine

Anne St-Denis s’est produite en récital (Pavillon des Arts de Ste-Adèle, Maison Trestler, MBA de Montréal, Radio-Canada). À l opéra, elle chante Zerlina (Don Giovanni de Mozart) à Loches et Fiordiligi (Cosi Fan Tutte de Mozart) à Orléans en France (Opéra-Tréteaux), Wanda dans La Grande Duchesse de Gerolstein de Offenbach à l’Opéra français de New York, Musetta dans La Bohème de Puccini à l’Opéra de Québec et Mimi lors de la tournée des Jeunesses Musicales du Canada et de l’Atelier lyrique de l’Opéra de Montréal. À l’Opéra de Montréal, elle interprète la Première Dame dans Die Zauberflöte de Mozart, Miss Jessel dans The Turn of the Screw de Britten, la Femme étrangère dans The Consul de Menotti et le rôle d’Ellen dans Lakmé de Leo Delibes. Lors des Coups de Théâtre 2000 à Montréal, elle crée le rôle de La Chatte d’Espagne dans l’opéra pour enfants L’Arche d’Isabelle Panneton et Anne Hébert et la Mère dans Hansel et Gretel de E. Humperdinck avec l’Orchestre Métropolitain de Montréal.

Julien Patenaude, baryton — Petit-Soleil

Le baryton Julien Patenaude a chanté des premiers rôles pour l’Opéra York, le Centre d’Art d’Orford, The Brevard Music Center en Caroline du Nord, l’Opera Garden à Aberdeen en Écosse et à travers le Canada avec les Jeunesses Musicales du Canada. Il interprète Figaro dans La Nozze di Figaro, Leporello dans Don Giovanni, Papageno dans Die Zauberflöte, Don Alfonso dans Cosi fan tutte, Cyd dans Albert Herring, le père dans Hansel und Gretel, Frank dans Die Fledermaus et Ben dans Le téléphone. Il est membre fondateur du quatuor vocal Quartom depuis 2008.

Philippe Martel, baryton — Beaujour

Le baryton-basse Philippe Martel détient un Baccalauréat en interprétation de l’Université McGill où il a interprété plusieurs œuvres dont les rôles du Commandeur dans Don Giovanni de Mozart et le roi Cadmus dans Semele de Handel. Il a interprété entre autres les rôles de Colline dans La Bohème et Sarastro dans La Flûte enchantée. Il a aussi plusieurs oratorios à son actif dont les Requiems de Mozart et Fauré, La Passion selon Saint-Jean et Le Messie de Handel. On pourra l’entendre prochainement dans La Messe du Couronnement de Mozart ainsi que dans La Messe en si mineur de Bach. Il chante depuis plusieurs années avec La Chapelle de Québec (Violons du Roy) et le Studio de Musique Ancienne de Montréal.

Contact média: Marie Marais — 514-845-2821 — marais@cooptel.qc.ca

Page nouv@10003 générée par litk 0.600 le jeudi 28 septembre 2017. Conception et mise à jour: DIM.