9 mars 2011

Chants Libres célèbre 20 ans de création lyrique

Arias

Arias
20 chanteurs,
Le Nouvel Ensemble Moderne et l’ensemble Bradyworks,
sous la direction de Lorraine Vaillancourt.
Pauline Vaillancourt, mise en scène
Jean Bard, scénographie
François Roupinian, éclairages
Marianne Thériault et Jacques-Lee Pelletier, adaptation des costumes et des maquillages

Samedi 14 mai 2011, 20 h
Salle Ludger-Duvernay du Monument-National
1182, boulevard Saint-Laurent, Montréal (Québec, Canada)

45 $ [régulier] — 30 $ [étudiants, aînés]
Billetterie: Monument-National: 514-871-2224 / 1-866-844-2172

Montréal, le mercredi 9 mars 2011 — Pour célébrer ses 20 ans, Chants Libres, compagnie lyrique de création, présentera, un soir seulement, le samedi 14 mai 2011 à 20 h Arias sur la scène de la salle Ludger-Duvernay du Monument-National de Montréal, le spectacle Arias.

Dans une mise en scène de Pauline Vaillancourt, Arias réunira des extraits des 13 opéras créés et produits par la compagnie durant 20 ans et rendra un vibrant hommage aux créateurs et interprètes qui ont partagé et partagent sa passion pour l’art vocal contemporain. Jean Bard a conçu la scénographie, François Roupinian les éclairages, Marianne Thériault et Jacques-Lee Pelletier ont adapté les costumes et maquillages originaux. Chants Libres procèdera, à cette occasion, au lancement d’un livre rétrospective des opéras produits et créés au cours de ses 20 années d’existence.

13 opéras… du techno au virtuel à l’opéra de chambre

Les opéras de chambre, electr’opéra, virtuel’opéra, oper’installation, techn’opéra, opéra féerie, qui ont jalonné la vie lyrique aux esthétiques actuelles de Chants Libres, revivront avec éclat pour révéler la palette singulière de chaque création et la variété des couleurs musicales, dramaturgiques et scénographiques des œuvres.

Au programme de la soirée, les 13 opéras (extraits choisis) des compositeurs Claude Ballif (Il suffit d’un peu d’air, 1992), Bruce Mather (La Princesse blanche, 1994), Louis Dufort (L’archange, 2005), José Evangelista (Manuscrit trouvé à Saragosse, 2001), John Oliver (Alternate Visions, 2007), Jean Piché (Yo soy la desintegracion, 1997), Serge Provost (Le Vampire et la nymphomane, 1996), Giacinto Scelsi (Chants du Capricorne, 1995), Zack Settel (L’Enfant des glaces, 2000 et Pacamambo, 2002), Alain Thibault (Ne blâmez jamais les bédouins, 1991 et Lulu, le chant souterrain, 2000), et Gilles Tremblay (L’eau qui danse, la pomme qui chante et l’oiseau qui dit la vérité, 2009).

Le NEM et Bradyworks, sous la direction de Lorraine Vaillancourt

Dans la fosse, Lorraine Vaillancourt assurera la direction musicale des œuvres avec orchestre, composé des musiciens de l’ensemble Bradyworks et du Nouvel Ensemble Moderne. Mentionnons que le NEM a participé à quatre créations de Chants Libres, avec Il suffit d’un peu d’air, La Princesse blanche, Le Vampire et la nymphomane et L’eau qui danse, la pomme qui chante et l’oiseau qui dit la vérité.

20 chanteurs, dans les costumes originaux

Dans les costumes originaux, 20 chanteurs sur scène: Marie-Annick Béliveau, mezzo soprano; Scott Belluz, contre-ténor; Pierre-Etienne Bergeron, baryton; Ethel Guéret, soprano; Jean-François Daignault, ténor; Ghislaine Deschambault, mezzo-soprano; Simon Fournier, baryton; Dorothea Hayley, soprano; Kristin Hoff, mezzo soprano; Fidès Krucker, mezzo soprano; Stéphanie Lessard, soprano; Claudine Ledoux, mezzo soprano; Jean Maheux, comédien/baryton; Suzanne Rigden, soprano; Paul Savoie, comédien; Michiel Schrey, ténor; Christina Tannous, soprano; Jacinthe Thibault, mezzo soprano; Jessica Wise, soprano; Rebecca Woodmass, colorature.

Chants Libres… un peu d’histoire

13 opéras, dont 12 commandes d’œuvres | Ateliers de formation | 4 DVD | 5 disques compacts

«Au début des années 90, on constatait que cette forme d’art total, privilégiée à une certaine époque comme étant «l’outil» par excellence pour communiquer une parole, est devenue au fil du temps sclérosée et figée, perdant ainsi l’intérêt des compositeurs, écrivains et créateurs d’espace d’aujourd’hui. Pourtant, notre jeune siècle entiché de nouvelles découvertes, ouvert sur la communication planétaire, avait tout intérêt à s’intéresser à l’art total comme lieu de rencontre.» — Pauline Vaillancourt

De retour d’Europe, constatant le manque flagrant de tremplins contemporains autres que populaires encouragés par les grandes institutions québécoises, Pauline Vaillancourt, interprète, Joseph Saint- Gelais, metteur en scène, et Renald Tremblay, écrivain, ont décidé d’unir leurs compétences. Ils fondent en 1990, à Montréal, la compagnie lyrique de création Chants Libres, en réponse à un besoin urgent de donner aux compositeurs d’aujourd’hui une tribune pour leur écriture vocale, principalement dirigée vers la forme opéra.

En 20 ans, Chants Libres a offert un répertoire opératique adapté aux couleurs de la modernité, explorant constamment de nouvelles techniques et approches de l’art vocal, et travaillant en étroite collaboration avec des créateurs et des chercheurs de toutes les disciplines. La compagnie a fait 12 commandes d’œuvres à des compositeurs d’ici et a créé treize opéras qui font partie du répertoire. Chants Libres offre également des ateliers de formation pour chanteurs et a, à son actif, cinq disques compacts et quatre DVD.

Chants Libres et ses 13 créations

L’eau qui danse, la pomme qui chante et l’oiseau qui dit la vérité (2009, opéra féerie), musique de Gilles Tremblay, d’après le livret de Pierre Morency [Prix Opus 2009-10, Création de l’année et Événement musical de l’année]; Alternate Visions (2007, virtuel’opera), musique de John Oliver, d’après le livret de Genni Gunn; L’archange (2005, oper’installation) de Louis Dufort et Alexis Nouss; Pacamambo l’opéra (2002) de Zack Settel et Wajdi Mouawad; Manuscrit trouvé à Saragosse (2001) de José Evangelista et Alexis Nouss; L’Enfant des glaces (2000, électr’opéra) de Zack Settel et Pauline Vaillancourt; Lulu, le chant souterrain (2000, techn’opéra) d’Alain Thibault et Yan Muckle; Yo soy la desintegracion (1997) de Jean Piché et Yan Muckle [Prix Opus 1999, Événement discographique de l’année]; Le Vampire et la nymphomane (1996) de Serge Provost et Claude Gauvreau [Prix Opus 1996, Création de l’année]; Chants du Capricorne (1995) de Giacinto Scelsi et Pauline Vaillancourt [Prix de musique contemporaine Québec-Flandres, Belgique 1996]; La Princesse blanche (1994) de Bruce Mather et Renald Tremblay; Il suffit d’un peu d’air (1992) de Claude Ballif et Renald Tremblay; Ne blâmez jamais les bédouins (1991) d’Alain Thibault et René-Daniel Dubois.

Créés à Montréal, la plupart de ces opéras ont été également présentés sur les scènes nationale et internationale et enregistrés par la société Radio-Canada, pour diffusion sur ses ondes.

Merci

Le spectacle Arias, réalisé par Chants Libres, est présenté avec l’appui du Conseil des arts et des lettres du Québec, du Conseil des arts de Montréal, du Conseil des Arts du Canada et de Opéra.ca, et avec la collaboration d’Hexagram, du NEM, de Bradyworks, du Monument-National et de la SAQ.

L’opéra féerie L’eau qui danse, la pomme qui chante et l’oiseau qui dit la vérité de Gilles Tremblay, d’après le livret de Pierre Morency, produit et créé à l’automne 2009 par Chants Libres, compagnie lyrique de création, a remporté deux Prix Opus, lors du 14e Gala annuel du Conseil québécois de la musique: Création de l’année et Événement musical de l’année. Gilles Tremblay a également remporté le Prix du Compositeur de l’année.

Contact média: Marie Marais — 514-845-2821 — marais@cooptel.qc.ca

Page nouv@10029 générée par litk 0.600 le jeudi 28 septembre 2017. Conception et mise à jour: DIM.