7 mai 2012

Entretien avec Jessica Wise, soprano, dans le rôle d’Alexandra

Échos de la création
Jessica Wise • Photo: Mathieu Dupuis

Montréal, le lundi 7 mai 2012 — Entre deux répétitions, la jeune soprano, Jessica Wise, qui interprète le rôle d’Alexandra dans l’opéra de chambre du même nom, répond à quelques questions à propos de son cheminement, de la création d’un nouveau rôle, de sa préparation, du travail avec Pauline Vaillancourt, des années à venir.

Depuis ma plus tendre enfance, en Colombie-Britannique, ma famille m’a constamment nourrie de musique. J’ai obtenu mes premiers diplômes en tant que pianiste. Mais mes meilleurs professeurs ont très tôt reconnus la beauté naturelle de ma voix, et m’ont encouragé à devenir chanteuse.

Après avoir étudié au Nouveau-Brunswick, j’ai décidé de m’établir à Montréal afin de poursuivre mes études à l’Université McGill. Et j’y suis resté car la ville m’a attirée en raison de son incroyable diversité spirituelle et artistique.

Alexandra fut une femme radicale, dans tous les aspects de sa vie. Comme moi!

Interpréter un nouveau rôle qui n’a jamais été chanté publiquement est une grande responsabilité. Il n’y a pas de tradition, de précédent.

Pour me préparer, je fais beaucoup de recherches et je lis beaucoup. Je mémorise le livret et je travaille avec une «coach» de jeu. Enfin, j’apprends de façon systématique la musique qui correspond aux paroles.

Pauline soigne tous les détails dans tous les aspects de la production. Elle a hérité d’une vision artistique contemporaine qui ne peut qu’inspirer de nouveaux défis aux jeunes artistes. L’opéra de création est sans aucun doute le domaine artistique le plus radical et le plus prometteur.

Dans 10 ans…? J’aurai alors près de quarante ans… Tout est possible. Chanter, enseigner, voyager très loin comme Alexandra… on verra!

Chants Libres

Page nouv@10047 générée par litk 0.600 le jeudi 28 septembre 2017. Conception et mise à jour: DIM.