14 mai 2012

La 14e création lyrique de Chants Libres

Un road opéra sur l’incroyable expédition au Tibet d’Alexandra David‐Néel, la femme aux semelles de vent.

Montréal, le lundi 14 mai 2012 — Après nous avoir offert en mai 2011, Arias, un grand spectacle rétrospective qui soulignait les 20 ans de Chants Libres, la compagnie lyrique de création présente son 14e opéra, Alexandra.

Ce road opéra, chanté en français, s’inspire du destin hors du commun de l’exploratrice française Alexandra David‐Néel qui a parcouru les plus hauts sommets du monde dans des conditions extrêmes. Ayant vécu cent un ans (1868‐1969), elle fut tour à tour, cantatrice, journaliste, féministe, bouddhiste, écrivain, philosophe et surtout exploratrice.

Alexandra retrace l’expédition à la fois dangereuse et clandestine que l’exploratrice a effectuée en 1924 sur la terre du Tibet jusqu’à Lhassa, capitale interdite, en compagnie du jeune lama Aphur Yongden, dont elle fit par la suite son fils adoptif. Après un périple de plus de 3 000 kilomètres à travers l’Himalaya, elle fut la première femme occidentale à séjourner dans la ville sainte.

«L’épopée d’Alexandra offre une leçon de courage, de curiosité et de persévérance. Elle n’a jamais démenti sa devise: Marche où ton cœur te mène et selon le regard de tes yeux. Elle a voulu aller au bout de sa vérité, toujours plus loin, se dépassant sans cesse elle‐même… C’est cette exploration clandestine et dangereuse au Tibet qui est au cœur de notre opéra.» — Pauline Vaillancourt, direction artistique et mise en scène.

Le personnage d’Alexandra est incarné par la soprano Jessica Wise, le rôle de la narratrice par la soprano Pauline Vaillancourt et celui de son fils adoptif, Aphur Yongden, par le ténor François‐Olivier Jean.

Le chœur de cinq voix masculines est composé des barytons‐basses, John Giffen, Patrick Mallette et Philippe Martel, et des basses Steeve Vérayie et François Dubé, tour à tour moines, nomades, soldats, paysans.

Six musiciens de l’Ensemble In ExtensioBarah Héon‐Morissette et Olivier Maranda, percussions; Louise Campbell, clarinettes; David Jomphe, hautbois; Angelo Munoz, trombone; Andrea Stewart, violoncelle; sous la direction de Cristian Gort, accompagnent sur scène les chanteurs.

L’artiste visuelle Jocelyne Alloucherie a conçu la scénographie; Jean Décarie et Catherine Parent la vidéographie, inspirée du matériel visuel rapporté du Tibet en 2010 par Yan Muckle et Pauline Vaillancourt. Les éclairages sont de Nicolas Descoteaux, la conception des costumes de Marianne Thériault et les maquillages de Jacques‐Lee Pelletier.

Contact média: Marie Marais — 514-845-2821 — marais@cooptel.qc.ca

Page nouv@10049 générée par litk 0.600 le jeudi 28 septembre 2017. Conception et mise à jour: DIM.