Alexandra

Road opéra
  • Musique: Zack Settel
  • Livret: Yan Muckle
  • Conception et mise en scène: Pauline Vaillancourt

Résumé

La découverte et la transformation sont au cœur du voyage. Voilà sans doute pourquoi Alexandra David-Néel (1868-1969) a tant voyagé. Après avoir été cantatrice à Tunis, et féministe avant l’heure, elle a embrassé le bouddhisme et quitté son foyer pour braver les interdits et se jouer des difficultés.

La scène se déroule dans les années vingt. Alexandra, alors dans la cinquantaine, a déjà sillonné toute l’Asie en sa qualité d’orientaliste et d’écrivain. Mais un joyau lui échappe toujours: Lhassa, capitale mythique d’un Tibet alors interdit aux occidentaux. Pour l’exploratrice française, à qui le courage et l’entêtement servent de carte de visite, pour la femme assoifée de liberté dont la devise est “Marche où ton cœur te mène et selon le regard de tes yeux”, pour l’érudite en quête de savoirs cachés, cette interdiction est insoutenable.

Elle tente à plusieurs reprises d’entrer au Tibet, mais rencontre échec après échec. Ce qui ne fait qu’attiser son désir et renforcer sa détermination: “On n’entre pas, vraiment? Eh bien, une femme passera!”

Commence alors un formidable voyage clandestin. Pendant plus de huit mois, partie de la Chine, Alexandra fait marche vers Lhassa déguisée en mendiante tibétaine. En compagnie d’Aphur Yongden, jeune tibétain qui deviendra son fils adoptif, elle risque le tout pour le tout dans les montagnes.

Si elle gagne son pari, elle sera la première femme occidentale à pénétrer dans la capitale interdite…

Page prod@alexandra.synopsis générée par litk 0.600 le jeudi 28 septembre 2017. Conception et mise à jour: DIM.