Chants du Capricorne

Opéra performance
  • Musique: Giacinto Scelsi
  • Conception et mise en scène: Pauline Vaillancourt

Résumé

  1. Au début… L’atelier: lieu des gestations. De la masse immobile naît la forme de vie. Galatée sauvage appelée par le Sauh (chant pour une liturgie des aubes).
  2. Puis… Le corps résonne comme un sonar: aveugles émissions dont les retours enseignent l’espace.
  3. Ensuite… L’espace se manifeste par le vent: le souffle décape la vue qui se découvre et découvre la vue. Pénétration, parfois insupportable, du visible. Interaction qui enfante le sentiment du soi avec ses limites et ses libertés.
  4. Le mouvement s’éploie… L’espace connu s’élargit… Danse de Narcisse.
  5. Premier cocon abandonné: première mort, première résurrection.
  6. La forme de vie émergeante appelle; y a-t-il une autre fragilité semblable à la mienne?
  7. Proie et prédateur; attaque et protection. Risque d’engloutissement.
  8. L’intrus devient l’autre… Puis l’autre devient “l’autre soi-même”… Déclenchements, éveils, curiosité, disponibilité… Plus de proie ni de prédateur.
  9. Rapt. Enlèvement. Ravissement. Élévation.
  10. Saturation-satiété.
  11. Nouveau déséquilibre. Un cataclysme métabolique se prépare dans le laboratoire du corps.
  12. Nouvelle mue. De plus en plus de sang s’expose.
  13. Mais, par cette chute de pulpe, le vrai noyau est atteint. Impudeur… Impudeur… Impudeur.
  14. Dernière, mue: déréliction.
  15. Pavane de la connaissance avant le crépuscule.
  16. Héroïsme du silence.
  17. L’état de silence.
Page prod@canti.synopsis générée par litk 0.600 le jeudi 28 septembre 2017. Conception et mise à jour: DIM.